L'affaire Chantal Lavigne

samedi 15 février 2014

L'affaire remonte au 29 juillet 2011 au centre de thérapie La ferme Reine de la paix de Durham-Sud, une localité située à 35 kilomètres au sud de Drummondville.

Chantal Lavigne, 35 ans de Saint-Albert, une adepte des médecines douces, terminait un séjour de deux semaines appelé « Mourir en conscience » à ce centre. La dernière activité consistait à s'enduire de boue et s'envelopper avec une pellicule plastique. Le participant s'enfermait également dans une boîte de carton dans le but de transpirer.

Chantal Lavigne aurait passé cinq heures enfermée de cette façon et elle a été retrouvée sans vie. Deux autres participantes ont dû être conduites à l'hôpital et l'une d'elles a eu des lésions.

Le 26 juillet 2012, trois personnes sont arrêtées par le Sécurité Québécoise.

Gabrielle Fréchette, 53 ans de Victoriaville, Ginette Duclos, 61 ans de Saint-Germain-de-Grantham, et Gérald Fontaine, 39 ans de Danville, ont dû répondre jeudi à des accusations de négligence criminelle causant la mort de Chantal Lavigne et d'avoir causé des lésions corporelles à une autre dame lors d'une activité de sudation.

Les trois accusés organisaient l'activité, mais c'est Mme Gabrielle Fréchette, alias Séréna, qui était la responsable du centre. Elle est persuadé que des esprits ou entités parlent à travers. A l'époque il s'agissait d'une figure biblique nommée Melkisédech.

Gabrielle Fréchette a déclaré dans une émission de radio qu'elle a suivi une formation de huit mois sur la sudation en 2007 avec un shaman-druide en Bretagne. Elle prétend que « Certaines personnes peuvent demeurer dans une “hutte de sudation” jusqu'à 18 heures ».

Leur avocat, Me Denis Lavigne, a mentionné que Gabrielle Fréchette offre des formations de développement personnel depuis plus de 20 ans. Cependant, c'était la première fois qu'elle organisait une activité de sudation, mais elle y avait déjà participé.

« Ce qu'on reproche à mes clients c'est d'avoir tenu une activité objectivement dangereuse sans prendre les précautions nécessaires, mais ils ont fait le tout dans les règles de l'art. À tout moment, si une personne ne se sentait pas bien ou à l'aise, elle pouvait se retirer », a déclaré l'avocat.

A l'époque, les accusés ont eu comme conditions de ne pas organiser de séance d'enveloppement et d'enfermement, mais ils gardaient le droit de tenir des séminaires de développement personnel.


Dernières nouvelles :

  • 17 octobre 2017 : Gabrielle Fréchette en cour d'appel

    Dans son mémoire déposé à la Cour d'appel, l'avocat de Gabrielle Fréchette soutient que les victimes auraient pu mettre fin au traitement à tout moment.

    Les trois individus portent la condamnation et les peines en appel. Les juges de la Cour d'appel ont pris la cause en délibéré après les plaidoiries des avocats.

    La Couronne disposera alors d'une période de trois mois pour répliquer aux arguments des avocats. On s'attend à ce que la cause soit entendue quelque part en 2018.

    Voir l'article détaillé : Gabrielle Fréchette en cour d'appel


  • 29 janvier 2016 : Gabrielle Fréchette va en prison

    La sentence est tombée : Gabrielle Fréchette écope de 3 ans de prison ferme.

    Ses assistants, Ginette Duclos, âgée de 64 ans, et Gérald Fontaine, 42 ans, bien qu'ils aient joué un rôle moindre comme assistants à Gabrielle Fréchette, ils auraient dû connaître les risques d'une telle activité, considérant le contexte particulier.

    Voir l'article détaillé : 3 ans de prison ferme pour Gabrielle Fréchette


  • 03 décembre 2015 : la procureure ne croit pas Gabrielle Fréchette

    C'était au tour de la procureure de présenter l'affaire à la juge.

    Elle a demandé 3 ans de prison ferme pour Gabrielle Fréchette et 2 ans pour ses acolytes.

    La juge Hélène Fabi rendra son verdict le 29 janvier.

    Voir l'article détaillé : Retour pour prononciation de la sentence


  • 02 décembre 2015 : reprise du procès

    À Drummondville, c'était le retour en Cour des trois accusés trouvés coupables de négligence criminelle causant la mort de Chantal Lavigne en juillet 2011 lors d'une expérience de sudation.

    Les trois ont témoigné devant la juge Hélène Fabi.

    Selon leurs avocats, ces personnes ne méritent pas d'aller en prison. Ils réalisent aujourd'hui qu'ils ont une part de responsabilité. Ils affirment également que ce n'est pas leur insouciance, mais plutôt leur naïveté qui est en cause dans ces tragiques événements.

    «Je ne suis pas un monstre, je n'ai jamais voulu de mal à personne», s'est exclamée Gabrielle Fréchette à la juge.

    Voir l'article détaillé : Retour pour prononciation de la sentence


  • 28 Août 2015 : nième report
    Devant la juge Hélène Fabi, Fréchette, les larmes aux yeux, a déclaré qu'elle n'avait plus confiance en son avocat Me Denis Lavigne. Son nouvel avocat, Richard Dubé, de Montréal, a exigé le report des représentations, histoire de connaître le dossier. La juge a fixé aux 2 et 3 décembre prochains les dates des représentations sur la sentence.

    Voir l'article détaillé : Report de la sentence


  • 23 décembre 2014 : la sentence va tomber le 12 mai

    Les coaccusés devront revenir en cour le 12 mai prochain pour leurs représentations sur sentence.

    Le dossier a été reporté aujourd'hui au palais de justice de Drummondville.

    Un rapport pré-sentenciel sera rédigé pour leur retour en cour. Me René Duval, l'avocat de Ginette Duclos a déjà confirmé que sa cliente ira en appel. Les avocats des deux autres accusés ne se sont toujours pas manifestés.


  • 19 décembre 2014 : l'avocat de Ginette Duclos veut faire

    Me René Duval, l'avocat de Ginette Duclos, l'une des coaccusés trouvés coupables dans le procès entourant le décès de Chantal Lavigne, a décidé d'en appeler du verdict rendu la semaine dernière par la juge Hélène Fabi

    Me Duval évoque huit points de droit pour justifier sa décision. «La plupart des motifs sont d'ordre technique», a-t-il indiqué à L'Express lors d'une conversation téléphonique ce matin.

    «Mais le principal de ces motifs est que la juge a commis une erreur en ne tenant pas compte de l'état d'esprit de ma cliente en raison du fait que les participants pouvaient abandonner l'exercice en tout temps», a fait valoir l'avocat de Ginette Duclos. Autrement dit, selon lui, il ne peut y avoir négligence si l'on sait que les participants pouvaient se dégager au moindre malaise. «La juge n'analyse pas ce fait-là», argue-t-il.

    C'est au début du mois de janvier que Me Duval se rendra à Montréal pour d'abord obtenir de la Cour la permission d'en appeler. Il aura à démontrer que sa demande n'est pas frivole. Cette décision doit être rendue la journée même.

    Extrait de LaNouvelle.net


  • Coupables !

    Gabrielle Fréchette, Ginette Duclos et Gérald Fontaine ont été reconnus coupables de négligence criminelle ayant causé la mort et des lésions.

    Voir l'article détaillé : Coupables


  • Attente du verdict :

    Le juge Hélène Fabi se donne cinq semaines de délibération, elle rendra son jugement le 8 décembre.


  • Début du procès le 14 Octobre 2014 :

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès - premier jour

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès - deuxième jour

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès - troisième jour

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès - quatrième jour

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès - cinquième jour

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès - sixième jour

    Voir l'article détaillé : Sudation Mortelle - le procès - septieme jour


  • 21 février 2014 :

    On connait enfin la date du procès, après presque 3 ans d'attente.

    C'est donc devant un juge seulement que les accusés défileront pendant 7 jours d'audiences qui sont prévus du 13 au 17, du 20 et du 22 octobre.

    voir l'article sur l'impact de Drummondville

    voir l'article sur lanouvelle.ca


  • 27 janvier 2014 :

    A ce jour, le procès est reporté. Une date doit être fixée le 21 février 204. voir l'article sur lanouvelle.ca

    On ne s'attend pas, toutefois, à un procès avant plusieurs mois, de quatre à six mois peut-être. Nous tiendrons d'abord une conférence préparatoire pour déterminer la durée du procès qui pourrait être assez long, compte tenu d'une preuve considérable», a expliqué Me Lavigne, criminaliste qui représente Gabrielle Fréchette.


Photos du lieu du drame


Reportage sur l'affaire diffusé par Radio-Canada

Le 26 janvier 2012 une enquête réalisée par Radio-Canada a été diffusée sur cette même chaîne. Elle retrace exactement ce qu'il s'est passé la veille et lors de cette formation mortelle. Les journalistes ont obtenus des enregistrements de ces séances de sudations. Voici le lien de la présentation du reportage


Quelques liens

L'affaire Chantal Lavigne a été fortement médiatisée. Les articles à ce sujet son nombreux et ne mettent pas en doute le caractère dangereux des formations qui ont été proposées par Gabrielle Fréchette. Elle est bien souvent considérée comme une gourelle.

Voici quelques liens pour ilustrer ce dossier :


Gabrielle Fréchette à la radio 98.5FM



Rose-Marie Charest, présidente de l'Ordre des psychologues du Québec


Emprise mentale exercée sur ma fille par un groupe de mouvance New-Age, aux origines Québécoise mais qui oeuvre aussi sur le territoire Français.
Comment la psychothérapie, le Reiki et des formations de développement personnel peuvent mener à la médiumnité ou le channeling ?
Est-ce une escroquerie, de la manipulation mentale, une emprise sectaire ou une quête spirituelle ?
Bienvenue dans les énergies du gouverneur planétaire, les pures lumières christiques !